Impératrice Eugénie
  • Impératrice Eugénie
  • Impératrice Eugénie

Impératrice Eugénie

Descriptif
7568509
10€
15€80

star_border
Description

Métal : Argentan
Diamètre : 41 mm
Poids : 31g
Tranche : lisse
Atelier de gravure :
Monnaie de Paris

“Impératrice Eugénie” est le premier paquebot transatlantique construit en France. Il est réalisé par les Chantiers John Scott, sur le site de Penhoët, qui deviendra plus tard les chantiers de l’Atlantique.

Mis sur cale le 15 octobre 1862, il est lancé le 23 avril 1864 et inauguré en février 1865 sur la ligne du Mexique. Bien que de conception révolutionnaire pour l’époque, puisque sa coque est en fer, ce paquebot conserve encore deux mats, des voiles et est doté d’une importante machine à vapeur de 3 000 chevaux qui permet, en actionnant deux grandes roues à aubes d’atteindre la vitesse de 12 noeuds. Cette technique de propulsion, chère aux Britanniques, était préférée à celle de l’hélice, à l’époque pas suffisamment perfectionnée. Il fut le premier et le dernier bateau, utilisant cette technique à être construit à Saint-Nazaire. “Impératrice Eugénie” effectue des traversées de l’Atlantique en 20 jours environ.

“Changement de nom et de mode de propulsion”.
En 1870, après la chute de Napoléon III, ce prestigieux paquebot est rebaptisé “Atlantique”. En 1873, il est transformé en bateau à hélice, sa coque est allongée de 17 mètres et un mat supplémentaire est ajouté. En 1874, il change à nouveau de nom, et devient : “Amérique”, avant d’ouvrir la fabuleuse épopée Transatlantique, qui va durer plus d’un siècle, de la ligne Le Havre – New York.

Mais à la suite d’une avarie, le 14 avril 1874, il est abandonné par les passagers et l’équipage, en pleine tempête à environ 100 miles nautiques de Brest. Les pompes ne suffisent plus à évacuer l’eau qui s’engouffre dans la cale du navire. Passagers et membres d’équipage sont recueillis par trois autres navires. Finalement, toujours à flot, le paquebot “Amérique” est repéré le 15 avril. Il est remorqué par un bateau à vapeur anglais jusqu’à Plymouth, puis revient au Havre par ses propres moyens. Il est remis en état et en service en mars 1875.

Deux ans plus tard, le 7 janvier 1877, il s’échoue à Seabright sur la côte du New Jersey, où il reste immobilisé pendant 4 mois. Il reprend son service en août. En 1886, il est transféré sur la ligne de Colon et six ans plus tard, modernisé, il reçoit des machines à triple expansion. Le 28 janvier 1895, il est perdu définitivement par échouement sur la côte colombienne. Un prestigieux navire précurseur, qui en trente ans de voyages, a ouvert la voie aux autres grands paquebots transatlantiques.

Le saviez-vous ?
"Impératrice Eugénie" fut parmi les premiers navires à franchir le canal de Suez
Pour financer son canal de Suez, Ferdinand de Lesseps (1805 – 1894) joue la carte de l’épargne publique et obtient, grâce au soutien de l’impératrice Eugénie – la femme de Napoléon III – une concession de 99 ans. Pas moins de 22 000 Français sont propriétaires du canal à son achèvement, alors que l’Egypte détient 44% des parts. D’une longueur de 163 kms, le tracé du canal doit s’appuyer sur les lacs Manzala, Timsah et Amer. Outre les difficultés matérielles, c’est un énorme pari sur l’avenir. Seuls les navires à moteur – soit moins de 5 % de la flotte de commerce en 1860 – peuvent emprunter cet ouvrage. Après 10 ans de travaux pharaoniques, le 17 février 1867, Ferdinand de Lesseps inaugure le canal. Deux ans plus tard, le paquebot “Impératrice Eugénie” entre majestueusement dans le canal de Suez.

 

Vos garanties & Avantages Collectionneur
  • Spécialiste de la numismatique depuis plus de 40 ans
  • Une sélection rigoureuse par des experts confirmés
  • Un service de qualité et personnalisé
  • Satisfait ou Remboursé