DAGOBERT (600 - 639)
  • DAGOBERT (600 - 639)
  •  PHILIPPE LE BEL (1268-1314)

PHILIPPE LE BEL (1268-1314)

Descriptif
7501554
15€80

star_border
Description

Métal: Argentan
Diamètre: 34 mm
Poids: 21 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule
Atelier de gravure : Monnaies de Paris

Si la beauté et la prestance du petit fils de Saint Louis éclataient aux yeux de tous, les contemporains de Philippe IV le Bel ne cessèrent de s'interroger sur la personnalité de leur roi. Roi secret, énigmatique mais imposant, Philippe IV le Bel réussit à faire de la petite monarchie Capétienne, une dynastie puissante et respectée.

Si la force et la beauté de ce roi, fils de Philippe III et d'Isabelle d'Aragon, furent légendaires au point de lui valoir le nom de Philippe Le Bel, il n'en est pas de même pour son tempérament. Qu'il fût pieux, économe, qu'il n'aimât qu'une seule femme, la sienne, Jeanne de Navarre (qui lui donna trois fils et une fille) est incontestable. Mais fut-il doux et modeste comme disent les autres, nul ne le sait. Son règne fut néanmoins concentré autour de deux axes : la puissance et l'indépendance de l'État.
De par son mariage, il acquiert la Champagne et la Navarre. Puis, tentant d'annexer la Flandre après une première défaite, il finit par emporter la victoire et gagne Lille, Douai et Béthune. En s'entourant de légistes spécialistes en droit romain, il affirme sa souveraineté, divise la Cour du Roi en section judiciaire et financière et fait imposer l'idée que l'État (l'État moderne) est une puissance indépendante et inaliénable.
Dans ce but, il mène contre l'ingérence du Pape, Boniface VIII, une lutte acharnée, lutte du temporel contre le spirituel, qui ne s'achèvera qu'avec l'élection du Pape français Clément V. Grâce à l'appui de ce dernier, Philippe Le Bel, après avoir dépossédé de leurs biens Juifs (en 1306) et Lombards (en 1292 et 1311), s'attaque aux Templiers (ordre religieux et militaire établi à Jérusalem en 1119). Il convoite leurs immenses richesses, mais il y voit aussi une possibilité d'éliminer un kyste politique. En1307, il fait ainsi arrêter sous son ordre tous les templiers et s'empare de leurs biens. C'est la première manifestation de la mainmise de la royauté française sur la papauté.

Il use également, d'un procédé promis à un bel avenir : “les mutations” monétaires. La France disposait d'une monnaie d'argent - le “gros” valant 12 deniers tournois -, d'une monnaie d'or: - l'“écu” - et d'une monnaie “noire” contenant une forte proportion decuivre. Philippe le Bel joue sur tous les tableaux: il hausse la valeur nominale des pièces, diminue leur teneur en métal précieux, multiplie les nouvelles frappes. La monnaie y perd alors sa valeur, et le roi sa réputation. Mais la modernité du roi se manifeste également dans sa tentative d'unifier les temps multiples d'une société, dont les activités étaient rythmées par les saisons et les sonneries de cloches, en faisant de l'horloge mécanique du Palais royal l'instrument de mesure de référence. En 1312, il obtient la suppression de l'ordre, ainsi que l'exécution des hauts dignitaires en 1313. Parmi eux, Jacques de Molay, (condamné au bûcher) qui avant de mourir prédit la mort prochaine du Pape et du Roi (tous deux mourront avant la fin de l'année 1314).
En 1314, à la veille de sa mort, Philippe IV le Bel modifie le système des apanages en introduisant la clause de masculinité : sans héritier mâle, l'apanage était aussitôt réintégré dans le domaine royal. Le 29 novembre 1314, il laisse à son héritier Louis X, un royaume en ordre et plus puissant que jamais.

1268 : Naissance de Philippe IV le Bel à Fontainebleau
1286 : Sacre de Philippe IV, le 6 janvier à Reims
1302 : Philippe ordonne l'arrestation du pape Boniface VIII
1314 : Mort du roi, le 29 novembre, à Fontainebleau

Le saviez-vous ?
Alors que Philippe le Bel avait été fidèle à son épouse, on apprit en 1314 que les femmes de ses fils, Louis, Philippe et Charles, s'étaient laissées aller à prendre des amants. Jeanne de Bourgogne épouse du futur Philippe V le Long, reléguée pendant un an à Dourdan, sera finalement acquittée faute de preuves. Marguerite de Bourgogne, femme du futur Louis X le Hutin, sera emprisonnée, avant d'être étranglée. Blanche de Bourgogne, épouse du futur Charles IV le Bel, sera emprisonnée, et son mariage annulé. Cette histoire jeta la suspicion sur la légitimité des enfants des couples princiers appelés à monter sur le trône. Les contemporains virent une sanction divine dans le fait que les trois fils du roi moururent sans héritier masculin.

Vos garanties & Avantages Collectionneur
  • Spécialiste de la numismatique depuis plus de 40 ans
  • Une sélection rigoureuse par des experts confirmés
  • Un service de qualité et personnalisé
  • Satisfait ou Remboursé