Catherine de Médicis (1519-1589)
  • Catherine de Médicis (1519-1589)
  • Catherine de Médicis (1519-1589) Revers

Catherine de Médicis (1519-1589)

Descriptif
1550696
17€80

star_border
Description

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Catherine de Médicis naît le 13 avril 1519 à Florence en Italie. Fille de Laurent II de Médicis, duc d’Urbino et de Madeleine de la Tour d’Auvergne, elle grandit à Florence et au Vatican, auprès du pape Clément VII, dont elle est la cousine. Orpheline très jeune, elle hérite du titre de duchesse d’Urbino et deviendra comtesse d’Auvergne en 1524. Catherine de Médicis, personnalité emblématique du XVIe siècle, figure parmi les plus grandes reines de l’histoire de France.

En décembre 1533, à l’âge de 14 ans, elle épouse le second fils de François Ier, Henri, duc d’Orléans, futur roi Henri II. Elle devient ainsi Dauphine et duchesse de Bretagne de 1536 à 1547. Pour la couronne de France, Catherine de Médicis est un très bon parti, car elle est l’unique héritière de l’immense fortune des Médicis. Le 10 juin 1549, elle est sacrée officiellement reine de France à la basilique de Saint-Denis. Elle comptera parmi ses dix enfants : François II, Charles IX, Henri III et Marguerite de Valois, la célèbre reine Margot.

À la cour, Catherine de Médicis réunit autour d’elle de nombreux compatriotes italiens et incite Henri II à leur confier des charges militaires et administratives. Mais Catherine de Médicis souffre de la présence de la favorite royale Diane de Poitiers. Elle est obligée d’accepter que sa rivale occupe une place aussi importante que la sienne à la cour.

Catherine de Médicis reprend le pouvoir, lorsque le roi repart en guerre, en 1552 contre Charles Quint. Elle est alors nommée régente et assure l’approvisionnement et le renforcement des armées. Pendant trente ans, dans un pays déchiré, elle affermit l’autorité royale et déploie pour cela des qualités politiques incontestables, une grande habileté et une rare finesse.

Mais son destin va se précipiter avec le décès d’Henri II, le 10 juillet 1559, à l’âge de quarante ans, lors d’un tournoi. C’est son fils aîné, François II qui succède à Henri II. Étant âgé de 14 ans, c’est Catherine de Médicis qui gouverne la France en compagnie des Guise. Mais le jeune roi meurt prématurément, le 5 décembre 1560, laissant le trône à son jeune frère de 10 ans Charles IX. Et c’est encore à Catherine de Médicis que revient le pouvoir. Avec l’appui de son chancelier Michel de l’Hospital, elle instaure une politique de tolérance et de rapprochement entre catholiques et protestants. Parmi ses réformes figure la suppression de la peine de mort pour hérésie. Mais cette liberté de conscience et de célébration irrite les catholiques et surtout le groupe formé autour de Guise. Malgré l’opposition de la majorité de ses sujets, fervents catholiques, Catherine accorde aux protestants l’édit d’Ambroise en 1563 et la paix de Saint-Germain en 1570. Pour sceller la réconciliation, sa fille Marguerite de Valois, épouse Henri de Navarre, futur Henri IV, chef du parti protestant.

Malgré ses efforts, la guerre civile est inévitable. Elle ne peut empêcher le massacre de la Saint-Barthélemy dans la nuit du 24 août 1572. Deux ans plus tard, Charles IX meurt de la tuberculose. Lui succède le fils préféré de Catherine de Médicis, le duc d’Anjou, sous le nom d’Henri III. Elle a réussi l’année précédente, grâce à ses habiles manoeuvres diplomatiques, à le faire élire roi de Pologne. Mais sous ce nouveau règne, son influence décline. Amère, elle se retire dans son château de Blois où elle meurt le 5 janvier 1589. Elle est inhumée à Saint-Denis auprès de son époux Henri II.

Le saviez-vous ?
Héritière des goûts des Médicis pour les arts, Catherine de Médicis figure parmi les plus grands mécènes de la Renaissance. Elle aimait s’entourer d’artistes, de poètes, de musiciens. Elle vouait une passion pour l’orfèvrerie, la peinture et l’architecture. Elle fera édifier non loin du Louvre le palais des Tuileries, fera agrandir le château de Chenonceau le dotant notamment de sa célèbre aile aux galeries qui se mire majestueusement dans le Cher.

Vos garanties & Avantages Collectionneur
  • Spécialiste de la numismatique depuis plus de 40 ans
  • Une sélection rigoureuse par des experts confirmés
  • Un service de qualité et personnalisé
  • Satisfait ou Remboursé