Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Conseil National de la Résistance Jean Moulin

Métal : métaux communs
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

17 juin 1940 : la France demande l'armistice. Le maréchal Pétain entraîne l'adhésion quasi unanime de la population, soulagée de voir la fin des combats. Toutefois, dès le 18 juin, une voix solitaire s'élève à Londres : « Si la France a perdu une bataille, elle n'a pas perdu la guerre ». Charles de Gaulle, a rejoint l'Angleterre et convaincu Churchill de le soutenir : la « France Libre est née » et avec elle, l'embryon d'une résistance à l'ennemi.

La France Libre va se constituer et se renforcer au fil des mois grâce à l'appoint de certaines forces coloniales et l'opiniâtreté du général de Gaulle. Mais la situation en France est très différente. Dans la zone sud, sous l'autorité de Vichy, le maréchal Pétain jouit d'un fort soutien populaire. La Résistance y bénéficiera d'une certaine liberté de manœuvre pendant environ 2 ans. Ce sera avant tout une Résistance politique contre les Allemands, mais également contre Vichy.

La Résistance en zone nord est essentiellement la lutte contre l'occupant allemand. On assiste dès le début de l'occupation à des sabotages et des missions d'espionnage, et donc des arrestations, des condamnations et des exécutions. Mais, contrairement à la zone sud, la Résistance en zone nord est, en contact avec Londres et de Gaulle, qui envoie des agents monter des réseaux de renseignements en France. Dès juin 1941, l'offensive allemande contre la Russie fait basculer les communistes dans la Résistance. Ils y prendront une place considérable. Sans lien avec Londres, ils s'attaquent à l'armée d'occupation, visant à créer un climat de terreur.

Le débarquement en Afrique du Nord en novembre 1942, et l'occupation de la zone sud qui suit immédiatement, précipitent un grand nombre d'indécis dans la Résistance. Les jeunes qui cherchent à échapper au STO rejoignent les maquis. Des régions entières deviennent zone de guerre civile entre maquisards et Milice.

Malgré la création du Conseil National de la Résistance, l'unification se fait difficilement. Faisant fi des dissensions politiques, des marchandages et des intrigues, les vrais Résistants font preuve de courage et d'abnégation, luttant contre un ennemi infiniment plus fort, avec des moyens souvent dérisoires. Ils ont payé un lourd tribut à la France : 30 000 fusillés, 20 000 morts les armes à la main et 150 000 disparus en camps de concentration.

Jean Moulin incarne à lui seul l'esprit de la Résistance. Sa mission d'unification des mouvements clandestins est une tâche redoutable en raison des clivages politiques. Il parvient cependant en quelques mois à réaliser cette unification avant de tomber dans un piège, et sans doute se suicider pour ne pas risquer de parler. Bien des années après, sa capture et sa mort soulèvent encore bien des polémiques.

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 7505635

Date de mise à jour : 23/11/2017

LIVRAISON SÉCURITÉ PAIEMENT SÉCURISÉ PAIEMENT EN 4X SANS FRAIS SATISFAIT OU REMBOURSÉ 7 JOURS SUR 7 DE 8H À 20H