Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
-51%
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La Conférence de Yalta

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

 

Début 1945, la défaite de l’Allemagne ne fait plus aucun doute, les troupes soviétiques sont victorieuses sur tous les fronts. Du 4 au 11 février, débute la conférence au sommet entre Russes, Américains et Britanniques. Elle se déroule au Palais de Liviada, l’ancienne résidence d’été de Nicolas II à Yalta. Face à Franklin Roosevelt, très malade, et à Winston Churchill fatigué, Staline apparaît comme un hôte sûr de lui et presque triomphant. Les entretiens au sommet réunissant militaires et diplomates, mènent au renforcement de la “grande alliance”. 

Sur la question de l’Allemagne, l’accord est total : le Reich et le nazisme doivent être définitivement détruits. L’Allemagne sera disloquée et partagée entre 3 zones d’occupation, britannique, américaine et soviétique (la 4ème zone sera accordée à la France seulement durant la conférence de Potsdam qui se tiendra du 17 juillet au 2 août 1945). Le montant des réparations et indemnités reste aussi à fi xer : les Soviétiques réclament pas moins de 20 milliards de dollars. Staline s’intéresse surtout à la question de la Pologne et, sur ce point, il obtient tout ou presque. En effet, sous peine de rupture entre les Alliés, les positions acquises par l’URSS sont reconnues. Celle-ci conserve donc les Pays baltes et l’est de la Pologne, annexés en 1940 ; en compensation, la Pologne s’agrandira à l’ouest au détriment de l’Allemagne jusqu’à la ligne Oder-Neisse. 

Le dossier qui tient à coeur à Roosevelt est celui de la future Organisation des Nations unies. Les trois chefs d’État et de gouvernement sont d’accord sur le projet mais d’âpres discussions ont lieu sur les pays qui seront membres du conseil de Sécurité, et ceux qui composeront l’Assemblée. 

Curieusement, aucune disposition n’est prise en faveur des prisonniers, déportés et survivants de l’Holocauste, alors que le camp d’Auschwitz a été libéré un mois plus tôt. Moyennant l’engagement d’entrer en guerre contre le Japon deux ou trois mois après la défaite de l’Allemagne, l’URSS obtient les avantages et les gains territoriaux qui l’ouvre plus encore sur le Pacifique, en annexant les îles Sakhaline et Kourile. 

Le général de Gaulle, s’il fut satisfait du statut de la France reconnue comme 4ème puissance alliée par Roosevelt, Churchill et Staline, conçut un vif dépit de n’avoir pas été admis à participer à cette conférence qui marqua l’apogée de l’alliance USA-URSS-Royaume- Uni.

Pièce colorisée à l’avers

12,00 € 12,00 € 24,50 €
Quantité :

Référence 1550983

Date de mise à jour : 13/04/2016
Paiement sécurisé