Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La Chute de Berlin

Métal métaux communs
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous caspule

 

Le 16 avril 1945, les troupes des maréchaux Joukov et Koniev franchissent l'Oder pour le dernier assaut, celui qui doit aboutir à la chute de la capitale du Reich. Dès le 17 au soir, les unités de Koniev atteignent les rives de la Spree, la rivière qui traverse Berlin. Dans la soirée du 20, les avant-gardes de Koniev pénètrent dans Berlin, alors que l'artillerie de Joukov commence à bombarder la ville. Le 21, le centre de télécommunications de Zossen tombe aux mains des troupes de Koniev. Le 22, Staline limite la zone que doit conquérir ce dernier, au profit de Joukov, à qui il a promis l'essentiel de la victoire.

Hitler, prisonnier dans son bunker, espère le secours des armées des généraux Busse et Wenck, mais celles-ci sont bien trop occupées à tenter de repousser les unités soviétiques. Le 25, Koniev et Joukov encerclent la ville par le nord et le sud. D'importants moyens d'artillerie, ainsi que l'aviation sont employés pour écraser toute velléité de résistance : un demi-million de soldats soviétiques, 12 000 pièces d'artillerie et 1 500 chars. Les civils sont terrés dans les caves, privés de tout.

Le 27, les Allemands ne tiennent plus qu'un secteur réduit au centre de Berlin, qui n'est plus défendu que par des volontaires allemands et européens (dont les Français de la division Charlemagne) et les renforts puisés dans les jeunesses hitlériennes. Le 28 et le 29, à moins de 500 mètres du bunker du Führer, et alors que celui-ci prend ses dernières décisions, des combats acharnés ont lieu autour du ministère de l'Intérieur, de la Chancellerie, et du Reichstag. Le 30 avril en début d'après-midi, le drapeau soviétique est hissé au deuxième étage du Reichstag. Une heure après, le Führer et sa compagne Eva Braun se suicident. Les combats se poursuivent encore tout l'après-midi à l'intérieur du Reichstag, et ce n'est qu'après 22 heures que la bannière soviétique pourra flotter au sommer de l'édifice.

Promu chancelier par les dernières volontés de Hitler, Goebbels tente de négocier avec les vainqueurs. Il désigne le général Krebs pour rencontrer Tchouikov, lequel en réfère à Joukov, qui contacte Staline. Staline et ses généraux exigent une capitulation sans conditions. Le 1er mai, Goebbels se suicide à son tour avec sa femme, après avoir empoisonné leurs six enfants. Le lendemain, les Russes obtiennent la reddition du général Weidling, commandant des forces de Berlin, qui, depuis le QG de Tchouikov a dicté un ordre de capitulation.

Cent vingt-cinq mille Berlinois sont morts pendant le siège. Des milliers d'autres s'efforcent de fuir vers l'est pour échapper à l'Armée Rouge. Les armées soviétiques auront payé leur victoire de 300 000 victimes, tuées, blessées ou disparues. Breslau continue la lutte ; les Russes payeront sa chute de 60 000 morts ou blessés.

 

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 7505637

Date de mise à jour : 11/01/2017
Paiement sécurisé