Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Hommage aux “Poilus” de la Grande Guerre et Guynemer - L'as des as

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Hommage aux “Poilus” de la Grande Guerre

Le 2 août 1914, pour la première fois dans l’histoire, une mobilisation générale de tous les Français, civils, aptes au service militaire, était décrétée. Tous les jeunes, aptes au service militaire, ou réservistes, ainsi que les hommes valides sont appelés sous les drapeaux. Ils ont été recrutés en métropole et dans certaines colonies. Près de quatre millions d’hommes se destinent à monter au front. Les fantassins – futurs “Poilus” – prennent possession de leur uniforme réglementaire. La signification du terme “Poilu” a plusieurs origines. Il désignait jadis un homme viril, courageux et volontaire. Vivant dans des conditions effroyables, la plupart des soldats n’avait pas le temps de se raser. De plus au début du XXe siècle la barbe et les moustaches étaient à la mode.

Guynemer - L'as des as

Parmi les As français légendaires de l’aviation, il en est un qui occupe une place particulière dans l’Histoire, c’est Georges Guynemer (1894-1917). Sa mémoire est indissociable de la fabuleuse épopée de la conquête du ciel. Par son courage, sa détermination et son génie, ce pilote hors pair va contribuer à l’évolution et la modernisation des avions de guerre. Son célèbre SPAD et ses successeurs vont s’avérer comme une redoutable arme sur les champs de bataille, pendant la Première Guerre mondiale, dont il fut un héros emblématique. Georges Guynemer rejoint l’escadrille MS.3 en 1945 où un “Morane-Saulnier” baptisé le “Vieux Charles” lui est attribué. Il conservera ce nom et le donnera à tous ses autres avions, notamment son célèbre avion fétiche le SPAD de l’escadrille des Cigognes. Dès le 19 juillet 1915, il abat son premier avion ennemi. Bien que blessé en 1916 devant Verdun, il prend part à la bataille de la Somme. Il enchaîne ensuite une série de victoires considérables. Pour ses faits d’armes, il reçoit la médaille militaire et la croix de Chevalier de la Légion d’honneur.

35,60 € 35,60 €
Quantité :

Référence 1551509

Date de mise à jour : 08/08/2017
Paiement sécurisé