Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Les maréchaux de France

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Ferdinand Foch, Joseph Joffre et Philippe Pétain figurent parmi les généraux majeurs de la Première Guerre mondiale. Ces grands chefs militaires sont les principaux artisans de la victoire de 1918 et de la signature de l’Armistice. Ferdinand Foch, Joseph Joffre et Philippe Pétain figurent parmi les généraux majeurs de la Première Guerre mondiale. Ces grands chefs militaires sont les principaux artisans de la victoire de 1918 et de la signature de l’Armistice. 

Ferdinand Foch (1851-1929). Polytechnicien, officier, général, académicien français, Foch fut nommé commandant en chef des forces alliées sur le front de l’Ouest, pendant la Première Guerre mondiale. Il joua un rôle majeur lors des deux batailles de la Marne. En 1915, il dirigea l’offensive d’Artois, puis en 1916 la bataille de la Somme. Le 8 août 1918 à la tête de ses armées, Foch reprendra l’offensive, boutant sans répit les Allemands, bientôt contraints à la défaite, Promu “Maréchal de France” en récompense de ses succès, il signa l’Armistice à Rethondes, le 11 novembre 1918. Lors de la conférence de juin 1919, qui aboutira au traité de Versailles, il est le conseiller militaire du Gouvernement Clemenceau. Il prône alors : “Que la France se doit d’être puissamment armée pour éviter un autre conflit !” Mais il ne sera pas entendu, l’Histoire lui donnera hélas raison 20 ans plus tard. 

Joseph Joffre (1852-1931). Après s’être distingué au Tonkin, en 1885 et au Soudan, puis à Madagascar en 1900, le général Joffre devient en 1910 vice-président du Conseil supérieur de la guerre. La réorganisation du haut commandement lui confère le titre de “Chef d’état major général” de l’armée française. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il met tout en œuvre pour contenir l’armée allemande qui déferle sur la France. Dès 1914, il est l’artisan de la victoire de la première bataille de la Marne. Il prit part également à la bataille de la Somme. 

Devant l’impossibilité d’acheminer rapidement les réservistes sur le front, il fait réquisitionner les célèbres “taxis de la Marne” pour pallier la déficience des voies ferrées fortement endommagées par la guerre. Après la Victoire, il se consacre à l’écriture de ses mémoires. Il est élevé au grade de  “Maréchal de France” et admis sous la coupole de l’Académie française en 1918. 

Philippe Pétain (1856-1951). Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Philippe Pétain, âgé de 58 ans, a pratiquement terminé sa carrière militaire. Dès le début du conflit, il assure le commandement de la 4e brigade d’infanterie. Rapidement promu général de brigade, en août 1914, il prend la tête de la 6ème division d’infanterie durant laquelle il prend part à la bataille de la Marne. Il s’illustre brillamment lors de l’offensive en Artois. Son souci d’épargner la vie des soldats lui vaut une grande popularité. En 1916, son sens de la stratégie militaire et de la motivation de ses troupes, va contribuer largement à la victoire de la bataille de Verdun. Dès lors, le général Pétain est considéré par tous les Français comme le grand “vainqueur de Verdun” il est élevé à la dignité de “Maréchal de France” en novembre 1918. Qui peut imaginer que ce héros de la Grande Guerre – aujourd’hui si controversé – fut à cette époque adulé par la majorité de la population française ? À tel point, que cette ferveur unanime va le conduire au sommet de l’État quelque vingt ans plus tard. 

Le saviez-vous ? 

Unis pour la même cause : la défense de la France, en vue de la Victoire et du retour de la Paix, les maréchaux, Ferdinand Foch, Joseph Joffre et Philippe Pétain défilèrent ensemble sur les Champs-Élysées, lors des commémorations officielles du 14 juillet 1919. Foch et Joffre furent admis sous la coupole de l’Académie française au lendemain de la Première Guerre mondiale. Pétain, “le vainqueur de Verdun”, fut quant à lui élu, le 20 juin 1929, dans cette prestigieuse institution fondée en 1635 par le cardinal de Richelieu. 

14 JUILLET 1919 : Les maréchaux Foch, Joffre et Pétain défilent ensemble sur les Champs-Élysées à Paris pour commémorer le premier anniversaire de la Victoire.

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 1550859

Date de mise à jour : 14/02/2014
Paiement sécurisé