Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La France mobilisée

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

En cet été 1914, l’irréversible marche vers la guerre est engagée. Les belligérants de la première heure, et ceux en devenir, ne savent pas encore qu’ils vont prendre part au premier conflit mondial de l’Histoire. Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie, puis à la Russie le 5 août. Le 1er août, l’Allemagne entre en guerre contre la Russie, puis contre la France le 3 août. 

Dès le 2 août, à Paris, dans les villes et les campagnes, c’est la mobilisation générale ! L’armée de terre française et la marine nationale sont sur le pied de guerre. Tous les jeunes, aptes au service militaire, ou réservistes, ainsi que les hommes valides sont appelés sous les drapeaux. Partout en France d’immenses cortèges se dirigent vers les gares, en particulier celle de l’Est, qui aboutit à la frontière franco-allemande. 17 jours sont nécessaires pour recruter les futurs soldats français, les transporter et les équiper d’uniformes et d’armements. Au cœur de l’été, dans cette France rurale, où l’on vit encore au rythme des chevaux, les hommes ont quitté précipitamment leurs familles, laissant le logis et les moissons aux soins des femmes et des anciens. Près de quatre millions d’hommes s’apprêtent à monter au front. Ils ont été recrutés en métropole et dans certaines colonies. Pour la première fois dans l’histoire de France, une mobilisation générale est décrétée, la seconde aura lieu 25 ans plus tard en 1939. Les premiers belligérants que sont, au début du conflit, la France et la Russie face à l’Allemagne, et plus tard l’Angleterre et les alliés, sont porteurs chacun d’une identité propre et d’une histoire millénaire. 

Au début de la guerre, l’armée française est désavantagée par rapport à l’armée allemande. Ses défauts majeurs sont la médiocrité de son artillerie lourde et son équipement pesant. Le fantassin est pourvu d’un fusil “Lebel” modèle 1886 M93, une arme de calibre 8 mm, doté d’un chargeur à 8 cartouches. Son “barda” pèse 25 kg et son pantalon rouge garance constitue une cible voyante dans les blés coupés. L’armée allemande jouit du prestige de sa victoire de 1870 et son organisation modèle. Son armement est le meilleur du monde et ses soldats aguerris et conditionnés par une disciple de fer sont prêts à en découdre. La Russie quant à elle, lance au front ses masses paysannes et ses hordes de cavaliers, dignes des guerres du XVIIIe siècle et des grands romans de Tolstoï. 

Joseph Joffre est nommé chef d’État-major général de l’armée française, Adolphe Messimy est ministre de la Guerre. En soutien de l’armée de terre, la marine française, surpassée par celle de l’Allemagne, a pour mission d’assurer la protection des troupes embarquées venant d’Algérie et du Maroc. Mais face à l’ampleur considérable du conflit, d’autres moyens techniques vont s’imposer. La révolution industrielle va amplifier l’effort de guerre comme jamais ! L’invention du moteur à explosion va donner naissance aux premiers chars d’assaut, aux avions de guerre, aux sous-marins,… Une autre ère se dessine, l’Europe entière va basculer dans le premier conflit mondial qui ne fait que commencer. 

Le saviez-vous ? 

Le déclenchement de la Première Guerre mondiale a donné naissance à “L’Union sacrée”. Il s’agissait d’un mouvement visant à rassembler les Français de tous les horizons politiques, religieux, ainsi que les différentes organisations syndicales, afin de prévenir tout refus d’obéissance aux ordres, des civils appelés. Ce terme fut employé pour la première fois par le Président de la République, Raymond Poincaré, lors de son allocution aux Assemblées, le 4 août 1914.

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 1550858

Date de mise à jour : 14/02/2014
Paiement sécurisé