Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

François 1er (1494-1547)

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Père des arts et lettres, François Ier reste dans la mémoire collective comme le Prince de la Renaissance , qui marqua son règne du sceau du raffinement, du prestige et du rayonnement de la France. La gloire des armes, il l'obtient par la fameuse et inoubliable victoire de Marignan, remportée le 14 septembre 1515 sur les Suisses. Inlassable “roi chevalier”, François Ier reste aux yeux de l'historien, le grand mécène qui, dès 1515 invite Léonard de Vinci à la Cour de France.

François Ier accède au trône l'année qui suit son mariage avec Claude de France, fille de Louis XII, son cousin. “La reine Claude” a laissé son nom à la célèbre prune. Reprenant le flambeau de ses prédécesseurs, il s'engage dans les “Guerres d'Italie”, revendiquant à son tour l'héritage du Milanais. Il aura sans cesse à lutter contre Charles Quint qui, soutenu par les subsides de riches banquiers germaniques – les Fugger –, est monté sur le trône du Saint Empire Romain Germanique. La victoire de Marignan en 1515 sur les Suisses consacre, à l'aube de son règne, la gloire du roi.
François Ier se révèle fin politique, sachant en toute occasion nouer des alliances efficaces. En 1525, alors qu'il est fait prisonnier à Pavie, par les armées de Charles Quint, il échange sa liberté contre… ses enfants et aussi la Flandre, Naples, le Milanais et la Bourgogne. Il reniera aussitôt ses engagements. Finalement, il signe en 1529 la Paix de Cambrai (ou Paix des Dames : signée entre Louise de Savoie, représentant François Ier et Marguerite d'Autriche, représentant Charles Quint), aux termes de laquelle il épouse en secondes noces Eléonore d'Autriche (fille de Charles Quint). François Ier renonce à ses prétentions en Italie, tandis que Charles Quint renonce aux siennes en Bourgogne. Ceci permet au Roi de France de se concilier les ennemis du Saint Empire: les Protestants et même les Turcs musulmans. En 1536, François Ier rompt son engagement et reprend les hostilités en Italie.
Le règne de François Ier est marqué par un renforcement du pouvoir royal. Une vie de cour raffinée s'épanouit autour de ce roi très cultivé et brillant. François Ier est un bâtisseur acharné et dépense sans compter dans la construction de nouveaux bâtiments. Il poursuit le travail de ses prédécesseurs au château d'Amboise, mais surtout au château de Blois. Il fait ajouter deux nouvelles ailes à ce dernier, dont l'une abrite le fameux escalier, et modernise son intérieur avec des boiseries et des décorations dans le pur style “Renaissance”. Léonard de Vinci participe à ses plans, ainsi que l'architecte italien Boccador, à qui l'on doit le donjon de ce château.
En 1528, il fait reconstruire sous la direction de Pierre Chambiges le château de Saint-Germain-en-Laye. Le plus grand de ses projets est la reconstruction quasiment complète (seul le donjon du château antérieur est conservé) du château de Fontainebleau, qui devient son lieu de résidence favori. C'est l'écrin de ses trésors italiens (tapisseries dessinées par Raphaël, bronze d'Hercule réalisé par Michel-Ange, etc., et Le Primatice autour desquels s'est formée la prestigieuse école de Fontainebleau). Très érudit, protecteur des arts, François Ier crée le Collège de France et apparaît comme le grand roi de “La Renaissance française”. Malade depuis un an, il meurt à Rambouillet le 31 mars 1547, à l'âge de 53 ans.

1494 : Naissance de François Ier à Cognac
1529 : La “paix des Dames” consacre l'abandon des prétentions italiennes de François Ier
1515 : Victoire de Marignan, le 14 septembre
1547 : Mort du roi, à Rambouillet, le 31 mars Françoise de Foix Comtesse de Châteaubriant

Le saviez-vous ?
Même si naguère, au château de Chambord, on montrait une vitre où le roi avait gravé, du diamant de sa bague, deux vers, reflet de son pessimisme amoureux : “Souvent femme varie Bien fol est qui s'y fie”, il succomba le plus souvent possible à leurs charmes. On lui prête également cette jolie phrase : “Une cour sans femmes, c'est comme un jardin sans fleurs”, montrant à quel point le roi comptait sur la présence féminine à la cour de France, imitant ainsi les cours italiennes, dans lesquelles le féminin était un symbole de grâce. Parmi ses maîtresses, on peut citer Françoise de Foix, comtesse de Châteaubriant, Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes, ou encore la femme de l'avocat Jean Ferron, surnommée “la belle ferronière”.

LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H