Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
-55%
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Napoléon II, Roi de Rome (1811 – 1832)

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Le 20 mars 1811, les voeux de Napoléon Ier sont enfin exaucés : Marie-Louise d’Autriche lui donne un héritier, tant désiré... Pour cela, il avait dû divorcer à regret – sans que cet acte ne soit reconnu par le Pape – du grand amour de sa vie : Joséphine de Beauharnais, qui ne pouvait plus avoir d’enfant. Baptisé Napoléon, François, Joseph, Charles, Napoléon II est aussi, par sa mère, l’arrière-petit-neveu de Marie-Antoinette et de Louis XVI. La Constitution du 28 floréal an XII (18 mai 1804) octroie le titre de Prince Impérial au fils aîné de l’Empereur et dès sa naissance, celui de roi de Rome en vertu du sénatusconsulte du 17 février 1810.

Un destin éphémère dans l’histoire napoléonienne...

Mais trois ans plus tard, c’est la chute de l’Empire ! Le 4 avril 1814, Napoléon rédige un acte d’abdication réservant les droits de son fils. Le 6 avril, il doit finalement renoncer à la couronne pour lui et sa descendance. Napoléon fait ses adieux à ses troupes le 20 avril 1814, au château de Fontainebleau, avant de partir pour l’île d’Elbe.

Marie-Louise préféra regagner Vienne avec son fils. Le petit empereur ne l’aura été que deux jours. Il sera également nommé Prince de Parme, mais ce titre lui sera retiré trois ans plus tard. Marie-Louise, qui n’était pas attachée à son fils, se retira à Parme en laissant Napoléon II à Vienne, sous la surveillance de sa famille. Là-bas, le jeune prince était considéré comme un bâtard, car le divorce de Joséphine et de Napoléon 1er n’avait pas été approuvé par le Pape. Le 19 mars 1815, Napoléon débarque de l’île d’Elbe pour la période des « Cents Jours » et rend à son fils le titre de Prince Impérial, et lors de sa seconde abdication, le 22 juin 1815, Napoléon proclame son fils : « Napoléon II, Empereur des Français ». Mais l’enfant vit à Vienne, éloigné de la France, et Louis XVIII prend le pouvoir le 8 juillet 1815, instaurant la Restauration et le rétablissement de la monarchie.

Napoléon II devient duc de Reichstadt

À Vienne, François Ier d’Autriche aime son petit-fils et le nomme duc de Reichstadt, le 22 juillet 1818. À la cour, on ne n’appellera plus que Franz (François) et personne ne lui parlera du passé glorieux de son père, si ce n’est le duc de Marmont, après la révolution parisienne des « Trois Glorieuses ». Mais le duc de Reichstadt a une santé fragile, il est atteint par la tuberculose. Il attrape un refroidissement et s’éteint le 22 juillet 1832, au palais de Schönbrunn, à l’âge de 21 ans seulement. Mort sans épouse et sans descendance, il est d’abord inhumé à Vienne auprès des Archiducs d’Autriche.

La mort de Napoléon II suscita une vive émotion auprès des nostalgiques du 1er Empire et des grands écrivains de l’époque qui lui rendirent hommage, tel Victor Hugo, qui fut le premier à lui donner le titre « d’Aiglon », en 1852.

Cent huit ans après la mort de Napoléon II, en 1940, aux heures sombres de la Seconde Guerre mondiale, alors que la France avait réclamé à l’Autriche, à plusieurs reprises, le retour de ses cendres, Hitler exigea que l’Aiglon repose aux Invalides, près du tombeau de son illustre père, qui y reposait depuis le 15 décembre 1840, et que le dictateur allemand admirait.

LE SAVIEZ-VOUS ?
« L’Aiglon » : personnage dramaturgique
Fasciné par l’épopée napoléonienne, Edmond Rostand écrit en 1900, « L’Aiglon » – duc de Reichstadt – ce fils de l’Empereur cherchant à savoir qui était son père malgré l’hostilité autrichienne. C’est un drame en six actes construit en alexandrins… Au soir du 15 mars de la même année, le public vient d’assister à « la première ». Le futur théâtre de la ville retentit des applaudissements enthousiastes. Les spectateurs se lèvent et scandent les noms de l’auteur et de son interprète, la célèbre comédienne Sarah Bernhardt (1844-1923). Elle marquera ce rôle titre d’une éternelle empreinte… la tradition voulait à l’époque, que ce personnage soit interprété essentiellement par une femme.

8,00 € 8,00 € 17,80 €
Quantité :

Référence 1550661

Date de mise à jour : 13/01/2012
LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H