Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Coup d'Etat du 18 Brumaire

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Octobre 1799, Napoléon Bonaparte revient de sa campagne d’Égypte victorieux et acclamé par la foule. Le gouvernement du Directoire est désemparé par les difficultés économiques et militaires, et menacé par un retour prématuré des royalistes. Napoléon profie de cette conjoncture pour s’emparer du pouvoir, en brandissant tout à la fois le drapeau de la France victorieuse et la promesse d’un retour rapide à la paix. Son Coup d’État du 18 Brumaire ouvre l’ère napoléonienne et marque définitivement la fin de la Révolution française et du Directoire.

La prise de pouvoir

Cette journée (ou plutôt ces deux journées car, tout se déroule sur deux jours : les 18 et 19 Brumaire) marque un tournant majeur dans l’histoire de France. Le jeune conquérant, Napoléon Bonaparte, apparaît comme l’homme providentiel, celui qui peut devenir l’arbitre des luttes auxquelles se livrent tous les partis. Le 18 Brumaire à 10 heures, Bonaparte prête serment devant le Conseil des Anciens. Réuni aux Tuileries, ce Conseil nomme alors Bonaparte commandant en chef des forces armées de Paris, mais la partie la plus difficle se jouera le lendemain à Saint-Cloud. Les élus des Cinq-Cents réunis dans la salle de l’Orangerie refusent en effet de modifier la Constitution. Des Jacobins prennent d’abord la parole. On crie : « Point de dictature ! À bas les dictateurs ! Vive la Constitution ! ». Hué, bousculé, assailli de coups de poing , Bonaparte ne peut placer un mot et se fait entraîner hors de la salle par des grenadiers. Lucien Bonaparte, alors Président du Conseil des Cinq-Cents, tente de défendre son frère, mais son discours est lui aussi accueilli par des huées. Lucien Bonaparte quitte son siège et le cède à Jean-Pierre Chazal. Bonaparte se décide à en finir coûte que coûte : il monte à cheval avec son frère Lucien et parcourt le front des troupes. Lucien les harangue : « Le Conseil des Cinq-Cents est dissout, leur dit-il ; c’est moi qui vous le déclare. Des assassins ont envahi la salle des séances, et ont fait violence à la majorité : je vous somme de marcher pour la délivrer.» Les maréchaux Murat et Leclerc conduisent alors un bataillon de grenadiers jusqu’à la porte des Cinq-Cents. Ces derniers entrent dans la salle et dispersent en tous sens les députés affolés, les uns par les couloirs, les autres par les fenêtres. La salle du conseil des Cinq-Cents est évacuée et Bonaparte reste complètement maître du champ de bataille. Napoléon prend le pouvoir et instaure un nouveau régime : le Consulat. Paris vient de perdre sa foi révolutionnaire et accepte sans révolte le changement de régime. Premier consul, Napoléon Bonaparte fait aussitôt publier la Constitution de l’an VIII. Cinq ans plus tard, Napoléon s’emparera de la couronne qui fera de lui l’Empereur de France et d’Europe, et ce jusqu’en 1815.

LE SAVIEZ-VOUS ?
Au soir du 19 Brumaire, il ne restait plus de députés pour voter les différentes mesures prévues dans le plan de Sieyès. On chercha alors dans les auberges de Saint-Cloud les députés qui accepteraient de jouer le rôle d’une assemblée. Dans la nuit, une trentaine de représentants des deux Conseils se regroupèrent dans la salle de l’Orangerie. Ils votèrent une résolution nommant Bonaparte, Sieyès et Ducos « Consuls de la République française », puis rédigèrent un appel au peuple, pour lui assurer que la République et la liberté étaient devenues des réalités et qu’une ère nouvelle commençait.

LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H