Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La Marseillaise (14 juillet 1795)

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Elle fut écrite par l'officier Claude Joseph Rouget de Lisle à Strasbourg dans la nuit du 25 au 26 avril 1792, à la suite de la déclaration de guerre à l'Autriche. Elle portait alors le titre de Chant de guerre pour l'armée du Rhin. Le maire de Strasbourg, le baron de Dietrich, avait demandé à Rouget de Lisle, en garnison dans sa ville, d'écrire un chant de guerre. Ce dernier composa ainsi un hymne de guerre dédié au maréchal de Luckner. En effet, c'est alors le Bavarois Nicolas Luckner qui commande l'armée du Rhin. Rouget de Lisle présente le texte le lendemain à Dietrich. Cette célèbre scène a été immortalisée, par le tableau d'Isidore Pils (voir ci-dessus), conservé au musée des Beaux-Arts de Strasbourg.

Du chant révolutionnaire à l'hymne national

Entendu pour la première fois à Marseille le 22 juin 1792 au club des Fédérés, ce chant est immédiatement adopté par les volontaires de la ville, qui le font résonner pendant plusieurs semaines sur le chemin de Marseille à Paris, le 30 juillet 1792 et lors de l'insurrection des Tuileries, le 10 août. Son succès est tel qu'il est agréé par le ministère de la Guerre en septembre 1792 et qu'il entre dans le répertoire militaire, sous le nom de Marseillaise. Le décret du 14 juillet 1795 le consacre chant national. Lors des différents régimes, elle est interdite sous le Consulat, le premier Empire et la Restauration, en raison de sa connotation révolutionnaire. Elle est réhabilitée aux débuts de la monarchie de Juillet (1830- 1836), puis lors de la Révolution de 1848. À nouveau proscrite sous le second Empire, elle est finalement proclamée hymne national le 14 février 1879, sous la IIIème République. Ce statut officiel est ensuite confirmé par les constitutions des IVème et Vème Républiques.

Une oeuvre majeure et sacrée dans le coeur des Français

Le texte de La Marseillaise est fortement inspiré d'une affiche de propagande diffusée à cette époque. La version originale ne comportait que six couplets. Un septième, dit “des enfants” fut ajouté par la suite et serait le fruit d'un travail de classe réalisé par des enfants d'une école de Vienne (Isère), sous la direction de leur professeur, à l'occasion du passage dans la ville des volontaires fédérés marseillais, en juillet 1792. Quant à l'origine de la musique, elle est plus discutée, puisqu'elle n'est pas signée, contrairement aux autres compositions de Rouget de Lisle. L'orchestration officielle est modifiée sous le septennat de Valéry Giscard d'Estaing, qui souhaite ralentir le rythme, afin d'être plus fidèle à l'oeuvre originale. Aujourd'hui, c'est une adaptation de 1887 qui est jouée dans les cérémonies officielles. Quant à Rouget de Lisle, il meurt en 1836 à Choisy-le-Roi après avoir composé plusieurs hymnes révolutionnaires et chants patriotiques. Ses cendres sont transférées aux Invalides le 14 juillet 1915.

1792 : du 25 au 26 avril, naissance de La Marseillaise.
1795 : le 14 juillet La Marseillaise est proclamée chant national.
1879 : le 14 février, sous la IIIème République, La Marseillaise est proclamée hymne national.

Le saviez-vous ?
Nous sommes en 1979 à Strasbourg. Serge Gainsbourg décide d'adapter l'hymne national en version reggae, sur un rythme chuchoté, avec des coeurs féminins chantant le refrain : “aux armes et cætera”…
C'est immédiatement un scandale !
La presse se déchaîne et le public est choqué. Lors d'un concert à Strasbourg, des parachutistes envahissent la salle en menaçant d'expulser le chanteur. Mais Gainsbourg ne craint pas le face à face. Il se présente seul, debout, le poing levé, il entonne a capella le premier couplet de La Marseillaise. Soudain, tous les paras se lèvent et se mettent au garde à vous devant le chanteur et un public médusé. Prouvant son attachement à ce texte, Serge Gainsbourg va acquérir quelque temps plus tard, lors d'une vente aux enchères, le manuscrit original de La Marseillaise.

LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H