Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La prise de la Bastille - 14 juillet 1789

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

En 1789, la France connaît une grave crise financière. Le pays compte alors 85% de paysans. Et dans cette France rurale, la richesse est inégalement répartie, entre le clergé, les privilégiés, les grands bourgeois, la noblesse et le peuple. À cela s'ajoutent de désastreuses conditions climatiques qui dévastent les récoltes et provoquent une pénurie de denrées alimentaires. Dans les villes et les campagnes, la révolte gronde, l'effervescence est à son comble, le peuple a faim !

En cet été 1789, à Paris aussi l'opinion est agitée. La bourgeoisie est déçue, car rien n'est sorti des débats des États généraux, réunis à Versailles le 5 mai. Elle a peur pour la survie de l'Assemblée. Quant au peuple, il craint que les troupes encerclant la capitale ne coupent les routes servant au ravitaillement des Parisiens. Suite aux mauvaises récoltes de 1788, le prix du pain est au plus haut. Début juillet, des émeutes éclatent aux barrières d'octroi. Le roi renvoie ses ministres jugés trop libéraux. Il y a parmi eux Necker, contrôleur des Finances. Le 12 juillet 1789, dans les jardins du Palais-Royal, Camille Desmoulins – journaliste républicain – une épée et un pistolet à la main, exhorte la foule à se mettre en état de défense. Il considère le renvoi de Necker comme une attaque contre le peuple. Dans les jardins des Tuileries et aux Invalides, les Parisiens se heurtent aux soldats du régiment dit du “Royal-Allemand”, du prince de Lambesc, accusés d'avoir tué des manifestants.

L'effervescence grandit. Le 14 juillet 1789 au matin, de nombreux émeutiers parisiens se rassemblent pour chercher des armes. Ils pillent l'arsenal de l'Hôtel des Invalides où ils trouvent des armes et La collection Révolution Française La prise de la Bastille - 14 juillet 1789 Notice prise de la Bastille 1000268 12/03/09 14:43 Page 1 des canons. Ils arrivent ensuite aux portes de la prison royale de la Bastille pour chercher de la poudre. Ils retrouvent d'autres émeutiers rassemblés devant la forteresse. La prison de la Bastille représente aux yeux du peuple le symbole du pouvoir royal absolu. Elle est gardée par 80 invalides et 35 Suisses. Après de terribles affrontements avec les troupes du gouverneur, Bernard-René Jordan de Launay, la Bastille tombe aux mains des révolutionnaires. Elle sera démolie au cours des jours suivants.

La prise de la Bastille est le symbole le plus important de la Révolution française. Elle marque pour tout un peuple, l'abolition des privilèges, la chute de l'“Ancien Régime” et le passage à une monarchie constitutionnelle. De cet événement va naître la Première République qu'ait connue le pays. La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen va ériger ses trois principes fondateurs : la Liberté, l'Égalité et la Fraternité. Valeurs fondamentales de la souveraineté de la France, qui perdurent toujours après plus de deux siècles.

1789: 12 juillet Camille Desmoulins appelle les Parisiens aux armes. 1789: 14 juillet prise de la Bastille.
1792: création de la 1re République.

Le saviez-vous ?
Au moment de l'assaut des révolutionnaires, la Bastille ne compte que sept détenus : quatre faussaires, deux fous dangereux et un aristocrate “délinquant sexuel”, enfermés à la demande de leur famille. La Bastille accueillit également des prisonniers de marque, tels le Marquis de Sade et Voltaire. Ce dernier y séjourna 11 mois pour ses écrits subversifs et pour offenses envers le régent Philippe II d'Orléans. Pendant son emprisonnement, il écrivit sa première pièce, "OEdipe". Régulièrement, lors de la parution d'un nouvel ouvrage, au contenu anticlérical et mettant en cause le roi, les autorités posaient un ultimatum au grand philosophe du “Siècle des Lumières”. “Monsieur de Voltaire, souhaitez-vous être “embastillé” ou partir en exil dans le château de Cirey (Haute-Marne) ou celui de Sully (Loiret) ?” Le grand Voltaire n'hésitait pas longtemps !

LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H