Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Le pont d'Avignon
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Le pont d'Avignon

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

Le pont d'Avignon, plus ancien ouvrage construit sur le Rhône, reliait la ville d'Avignon à Villeneuve -lès - Avignon. Très célèbre par la comptine pour enfants « Sur le pont d'Avignon, l'on y danse, l'on y danse… », il s'agissait en fait du pont Saint Bénezet, couramment appelé pont d'Avignon, long de 920 mètres et construit de 1177 à 1185. Cet édifice imposant que l'on surnomme «la Merveille du temps» a donc été construit en seulement huit ans. Dès janvier 1186, des droits furent perçus sur les marchandises que l'on y faisait traverser : pour une ville en plein essor, l'utilité économique d'un pont, le seul à son époque qui existait sur le Rhône, était évidente. Sur ses 22 arches d'origine, il n'en reste que 4 aujourd'hui, plus la chapelle de Saint Bénezet, qui abritait autrefois les reliques du Saint. Aux deux extrémités, s'élève la tour du Châtelet à Avignon et la tour de Philippe le Bel de l'autre côté du Rhône à Villeneuve-lès-Avignon. Cet édifice mythique accueille aujourd'hui des milliers de visiteurs par an.

Une histoire architecturale mouvementée

Ce pont a beaucoup souffert, il fut souvent réparé et à grands frais jusqu'en 1668. La plus grande partie du pont était la propriété du Roi, qui l'avait peu entretenu. En 1226, après le siège terrible que Louis VIII fit subir à la ville, le pont fut détruit aux trois quarts. Quelques années plus tard, malgré les interdictions, les Avignonnais se remirent à la tâche et entreprirent de le reconstruire. Le pont sera pavé en 1377 sur ordre du cardinal de Blandiac, afin de remédier aux problèmes fréquents de glissades à l'origine de nombreux accidents et chutes dans le Rhône. Entre la 2e et 3e arche, la chapelle Saint Nicolas fut construite au-dessus de la chapelle Saint Bénezet. En 1603, suite à des fortes crues du Rhône, une arche s'effondre puis trois autres en 1605. Il faudra ensuite attendre 1628, pour que les travaux de réparation débutent, mais une épidémie de peste ne rendra le pont utilisable qu'en 1633. Deux mois après, deux nouvelles arches sont emportées par les eaux du Rhône. En 1669, une nouvelle crue emporta plusieurs autres arches pour ne laisser que celles que l'on connaît aujourd'hui.

1177 Début de la contruction du pont d'Avignon
1185 Fin de la construction du pont
1377 Le pont est pavé sur l'ordre du cardinal de Blandiac
1995 Inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO

LA LÉGENDE DE BÉNEZET

Un jeune berger, du nom de Bénezet, descendit en 1177 des montagnes de l'Ardèche. Il se disait envoyé par Dieu pour construire un pont sur le Rhône. Un dimanche de fête, pendant que l'évêque d'Avignon donnait sa bénédiction sur le parvis de Notre Dame, Bénezet l'interpella : «Seigneur Evêque, je suis mandaté par le Saint tout-puissant pour construire un pont sur le Rhône.» Son projet provoqua les railleries des habitants et on le prit pour un simple d'esprit. Néanmoins, il fut mis à l'épreuve : s'il pouvait soulever une énorme pierre, alors on le croirait capable de construire un pont. Bénezet souleva la pierre et la déposa dans le fleuve au départ du futur pont. Aussitôt, les contributions affluèrent et la construction dudit pont fut décidée. Bénezet fut qualifié de Saint dès le début du XIIIe siècle et son culte se répandit. La gestion de la construction du pont fut prise en charge par une confrérie créée par Bénezet. Après sa mort en 1184, cette communauté continua ses activités tant bien que mal jusqu'au XIVe siècle. Bénezet fut enterré sur une des piles du pont où fut édifié la chapelle Saint Bénezet. Son iconographie le représente le plus souvent avec la pierre sur l'épaule.

Un point important
La célèbre chanson éponyme, dont on ne connaît pas l'origine, a été popularisée par Adolphe Adam qui en a remis la mélodie à l'honneur dans son opérette intitulée « Le Sourd » ou « l'Auberge pleine » créée pour l'Opéra comique à Paris en 1853. Cette chanson populaire française fait partie de ces chansons que l'on appelait « chansons des oreillers ». Le succès international de cette chanson vient quelques années après avec une autre opérette lancée en 1876 : celle-ci s'appelait bien « Sur le pont d'Avignon ». À cette même période, les berges du Rhône se transforment en un véritable lieu de détente et de loisirs où se mêlent pique-niques et guinguettes. C'est donc à cette époque que l'on dansait, non pas sur, mais… sous le pont !

LIVRAISON OFFERTE(1)
DÈS 149€ D’ACHATS
LIVRAISON
SÉCURITÉ
PAIEMENT
SÉCURISÉ
PAIEMENT EN
4X SANS FRAIS
SATISFAIT
OU REMBOURSÉ
7 JOURS SUR 7
DE 8H À 20H