Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La Basilique du Sacré Cœur dorée à l'or fin 24 carats

Métal : Cupronickel doré à l’Or fin 24 carats
Diamètre : 41 mm  
Poids : 31 g
Tranche : Cannelée   
Livraison : Sous capsule et accompagnée de sa notice

La basilique du Sacré-Coeur dite «Voeu National» est l'un des monuments les plus emblématiques de Paris. Avec plus de dix millions de pèlerins et visiteurs par an (en 2006), c'est le second édifice religieux le plus prisé après la cathédrale Notre-Dame de Paris. C'est après la défaite de Napoléon III à Sedan, que l'on décida de construire le Sacré- Coeur, église dédiée au Coeur de Jésus à Paris. Le 5 mars 1873, l'archevêque de Paris, Monseigneur Guibert adresse une lettre au ministre des Cultes lui demandant qu'un temple soit construit sur un site dominant Paris, pour incarner la protection divine sur la France et la Capitale.

Le choix de Montmartre était approprié pour plusieurs raisons. La hauteur naturellement, mais depuis toujours, cette colline fut un lieu de culte: paganisme gaulois, puis temples gallo-romains dédiés à Mercure, sanctuaire chrétien après le martyr de l'évêque Denis au IIe siècle, etc. Les promoteurs de la construction du Sacré-Coeur font appel fin 1872 à l'Assemblée nationale afin que l'église soit reconnue comme étant d'utilité publique. C'était le seul moyen possible pour acquérir les terrains nécessaires, propriété de la ville et de particuliers. Il est aussi stipulé que l'église sera construite exclusivement avec des fonds provenant de souscriptions et devra, à perpétuité, être affectée au culte catholique.

Un joyau romano-byzantin au coeur de Paris

En 1873, le comité de l'oeuvre du «Voeu National» et le cardinal de Paris décident que le choix de l'architecte se fera par concours. Certains éléments sont imposés aux candidats : le site, le budget –limité à sept millions de francs –, une crypte ainsi qu'une statue monumentale du Sacré-Coeur, placée à l'extérieur et devant être très visible. Parmi les soixante-dix-huit projets proposés, c'est celui de l'architecte Paul Abadie qui est retenu. La première pierre est posée le 16 juin 1875. Mais la fragilité du sol de Montmartre, constitué de nombreuses carrières de gypse, nécessite d'importants travaux de fondations. La basilique n'est achevée qu'en 1914 et consacrée en 1919, après la Première Guerre mondiale.

1872 : L'Assemblée nationale déclare l'église du Sacré-Coeur d'utilité publique.
1875 : Début de la construction de la basilique 1914 Achèvement des travaux.
1919 : L'église est consacrée.

UNE ARCHITECTURE DE STYLE

La basilique du Sacré-Coeur est inspirée par Sainte- Sophie de Constantinople. Comme pour de nombreux monuments de la capitale, sa construction, est très controversée par les Parisiens qui l'appellent «la grosse meringue». Cet édifice est en forme de croix grecque, ornée de quatre coupoles: son dôme central, haut de 83 m, est surmonté par un lanterneau formé d'une colonnade. Son style s'inspire des architectures romane et byzantine. La pierre de calcaire utilisée pour la construction est très dure et a comme particularité de blanchir avec le temps.

Un lieu culte
À l'intérieur, le plafond de l'abside est décoré par l'une des plus grandes mosaïques du monde, couvrant une surface de 473,78 m2, et réalisée entre 1918 et 1922. Elle représente le Sacré-Coeur de Jésus glorifié par l'église catholique de France. La basilique renferme, parmi ses cloches, « la Savoyarde », la plus grosse de France. Fondue à Annecy en 1895, elle mesure 3 mètres de diamètre et pèse 18 835 kg. Elle fut offerte à la basilique par les quatre diocèses de Savoie, et arriva sur la butte le 16 octobre 1895, ce qui fut un grand événement parisien. Dans la crypte, qui a la même configuration que l'église, s'ouvre un large promenoir, qui permet d'accéder au Trésor et à la chapelle de la Pietà où reposent les Cardinaux Guibert et Richard. La galerie du dôme et ses 237 marches offre une vue panoramique qui culmine à 200m. Par temps clair, la vue s'étend sur 50km à la ronde. Un monument original et incomparable : que serait la « ville lumière » sans cette « perle » inspirée par l'Orient ?

2 exemplaires par foyer.

38,50 € 38,50 €
Quantité :

Référence 1260739

Date de mise à jour : 24/06/2016
Paiement sécurisé