Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

La Bataille des Ardennes

Métal métaux communs
Diamètre: 41 mm
Poids: 31 g
Tranche : cannelée
Présentaion : sous capsule

Le 16 décembre 1944 est déclenchée l'offensive Herbstnebel (brouillard d'automne), dont un des principaux objectifs est la prise d'Anvers. Von Rundstedt, Model et Sepp Dietrich, s'ils conviennent de la nécessité de reprendre l'initiative, émettent néanmoins quelques réserves quant aux forces dont ils disposent pour la mise en œuvre d'une telle opération. Trois armées sont engagées :

- la VI e armée blindée commandée par Sepp Dietrich devrait se placer en amont de Liège pour foncer sur Anvers,
- la V e armée blindée du général Von Manteuffel prendrait place de part et d'autre de Namur pour marcher sur Bruxelles,
- la VII e armée du général Brandenberger couvrirait la manœuvre face au sud.

Coupées de leurs arrières, 37 divisions américaines – sur les 64 que commandait alors Eisenhower – risquaient ainsi la destruction. Prévue initialement pour le 25 novembre, l'offensive est reportée au 16 décembre. A 5h30, 21 divisions allemandes se lancent à l'attaque des positions américaines sur un front de 130 km entre Monschau et Echternach.

A l'avant, les commandos d'Otto Skorzeny, de « l'opération Griffon », doivent semer la pagaille dans les lignes américaines. Les parachutistes de Von der Heydt, lâchés dans de mauvaises conditions, ne peuvent infléchir le sort des combats. Seuls quelques 300 appareils assureront le soutien aérien de l'offensive. C'est bien peu face à l'armada alliée qui, profite de son écrasante supériorité.

Le secteur américain concerné par l'offensive est confié au VIIe corps du général Middleton. Les services de renseignements américains ont eu vent des concentrations allemandes durant les quelques jours qui ont précédé l'offensive, mais ils en ont sous-estimé la portée. Ils ne pensaient pas que la Wehrmacht fût encore capable d'une action d'envergure. Plus lucide, Patton ordonne à son état-major de prévoir une éventuelle réorientation vers le nord en cas de « coup dur » dans les Ardennes.

La VIe armée blindée bouscule le Ve corps américain du général Gerow, qui parvient à maintenir ses positions, alors que le XIVe groupe de cavalerie est bel et bien enfoncé, ouvrant aux panzers la route de Stavelot. Les réserves américaines sont limitées et la météo du 15 au 23 décembre empêche toute intervention aérienne efficace.

Pourtant, les unités américaines tiennent le terrain et font subir à l'adversaire de lourdes pertes. Pendant ce temps, Eisenhower réunit à Verdun, le 19 décembre, les commandants des groupes d'armées Centre et Sud, ainsi que le commandant de la IIIe armée, le général Patton. Le IIIe et le XIIe corps d'armée de Patton se porteront au secours de la 101e division parachutiste de Mac Auliffe qui résiste à Bastogne aux assauts de l'ennemi. Le 26 décembre, la 4e DB américaine assure la liaison avec les défenseurs de Bastogne. La bataille des Ardennes est gagnée pour les Alliés.

Les Allemands comptent plus de 80 000 tués, un peu plus que les Américains. Ces pertes, néanmoins, ne mettent pas en cause leur supériorité grandissante.

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 7505633

Date de mise à jour : 05/04/2016
Paiement sécurisé