Trésor du patrimoine utilise des cookies afin de vous offrir le meilleur service (en savoir plus). En continuant votre navigation sur ce site vous déclarez accepter leur utilisation.
J'accepte [ X ]
Envoyer, partager :  
Imprimer :
Envoyer à un ami :
 

Les Taxis de la Marne

Métal : Cupronickel
Diamètre : 41 mm
Poids : 31 g
Tranche : cannelée
Présentation : sous capsule

 

Dès août 1914, les troupes allemandes remportent un certain nombre de victoires sur l’armée française et le corps expéditionnaire britannique. Le chef d’état-major allemand Schlieffen lance pas moins de cinq armées, qui doivent déferler sur le nord de la France, traverser la Belgique – au mépris de sa neutralité – et ainsi passer à l’assaut. Le but est de contourner les fortifications françaises de l’Est. Aux armées allemandes, sous le commandement du général Helmuth von Moltke, s’opposent les armées françaises du général Joseph Joffre, soutenues par celles du général John French, Commandant en Chef de la Force Expéditionnaire Britannique (BEF). 

L’armée allemande se rue sur les places fortes belges de Liège et de Namur qui résistent héroïquement, mais ne peuvent contenir l’assaut. Cette avance surprend le commandement français qui a concentré ses forces principales en Lorraine. À la hâte, le général Joffre fait remonter la Ve armée, sous le commandement du général Lanrezac vers la Belgique, où elle sera rejointe par le corps expéditionnaire britannique. Dans la seconde moitié du mois d’août, les batailles de frontières dans les Ardennes, à Mons et à Charleroi sont encore un échec pour les Alliés. De plus, les Allemands poursuivent leur poussée vers le camp retranché de Paris. Début septembre, ils progressent en Seine-et-Marne, leurs bivouacs ne sont plus qu’à quelques kilomètres de la capitale. 

Le général Joffre, en accord avec le général Gallieni, gouverneur militaire de Paris, décide alors de former une armée. Pour que les troupes d’infanterie se déplacent au plus vite vers Meaux, les 6 et 7 septembre, il réquisitionne les taxis de la capitale, les célèbres “Taxis de la Marne”, qui vont constituer la première unité motorisée de l’histoire militaire. 600 premiers taxis, la plupart des Renault AG1 – Gallieni en a besoin du double – sont rassemblés à Gagny et à Livry-Gargan pour charger les soldats et organiser les convois. Entre 3 000 et 5 000 fantassins de la 7e division d’infanterie, seront acheminés sur le front, entre Nanteuil-le Haudoin et Meaux. 

Courte et décisive, cette opération militaire surprise, qui se déroula du 5 au 12 septembre 1914, permit de freiner la progression des Allemands par une contre-offensive stratégique, qui permit au général Joffre de déjouer le plan d’invasion ennemi. Elle eut aussi une portée populaire unanime auprès des Français très attachés à cet engagement et cette mobilisation générale. Cette page cruciale de la Grande Guerre sera qualifiée par les historiens de “Première bataille de la Marne”, la seconde se déroulera plus tard, en juillet 1918. La plupart de ces taxis légendaires, “Centenaires de charme” héroïques, qui ont pris part à cette mémorable épopée, ont aujourd’hui disparu. Un exemplaire a été offert en 1922 au musée de l’armée de l’Hôtel des Invalides et un second est conservé au musée de la Grande Guerre à Meaux. 

Le saviez-vous ? 
Les taxis de la Marne, en majorité des Renault type AG1, en livrée rouge et noire, et leur rôle prépondérant pendant la Grande Guerre, vont rendre célèbre la Compagnie française des automobiles de place, la “G7” créée en 1905. En 1922, elle passera sous le contrôle de Renault. Aujourd’hui, la société perdure et se charge de mettre en relation les clients avec les chauffeurs de taxis parisiens.

17,80 € 17,80 €
Quantité :

Référence 1550860

Date de mise à jour : 10/04/2014
Paiement sécurisé